Oser la rencontre

 Oser la rencontre

Récit de 5 années en cité

Auteur : Isabelle Chazerans

Editions Emmanuel

ISBN : 978-2-35389-880-0

Prix : 18 euros

Nombre de pages : 270

Public : adulte

https://www.editions-emmanuel.com/catalogue/oser-la-rencontre/

***


Quatrième de couverture :

En 2014, Pierre et Isabelle Chazerans quittent leur maison d'Aix-en-Provence pour vivre en logement social dans une cité des Mureaux avec l'association Le Rocher. Ils répondent ainsi à un appel citoyen et spirituel à "aller aux périphéries" de notre monde.

Dans ce récit haut en couleurs, Isabelle retrace cinq années de rencontres lumineuses, de joies et de larmes, d'activités multiples; de difficultés aussi... Coup de coeur, parfois coup de sang, leur témoignage passionné nous plonge dans la réalité des cités, sans fard ni concession. A travers le regard bienveillant de Pierre et Isabelle, nous apprenons à connaître et à aimer les personnes qu'ils ont rencontrées et découvrons qu'avec un peu d'amour les miracles sont possibles. 

Un témoignage puissant et singulier, qui bouscule les idées reçues et nous invite à oser la rencontre.

***


Quand la maison d'éditions Emmanuel m'a proposé de chroniquer ce livre, je me suis dis "pourquoi pas". Je connais très bien le monde de la cité : douze ans dans une du Jura, puis Bobigny et Saint-Denis. Actuellement je suis dans un endroit de région parisienne "un peu plus calme" bien qu'entouré par des cités comme Sarcelles, Pierrefite-sur-Seine et pas très loin de Saint-Denis. La cité, je connais donc très bien, du dedans comme du dehors. 

En ouvrant le livre et en lisant le premier chapitre, la "saison 1" comme l'auteur l'appelle, je me suis dit : "Mais ils sont fous ! Quelle idée saugrenue que celle d'aller vivre en cité de son plein gré ? Mais est-ce qu'ils ont idée de ce qui les attend ??? La cité ce n'est pas une brave colonie de vacances..."

Je poursuis ma lecture avec la "saison 2". Isabelle et Pierre arrivent aux Mureaux. En entrant dans la cage d'escaliers, le ton est donné et Isabelle pleure : des relents de cuisine exotique à ceux des poubelles, cela ne ressemble en rien à la vie dorée que l'auteur a connu auparavant. Je connais très bien Aix-en-Provence, étant moi-même provençale et je sais quel effet nous pouvons ressentir en arrivant en cité... 

Ils bénéficient, et je tiens à le souligner, de la protection de l'association du Rocher qui met à leur disposition ce que nous appelons dans les cités : "un grand frère". Un médiateur, bien connu dans le paysage, qui facilite leur intégration et qui est amené à démêler les conflits pour que la paix, l'ordre et la sécurité soient maintenus (même sans la présence d'une association).

Avec le récit d'Isabelle Chazerans, j'ai retrouvé beaucoup de ce que j'ai vécu (et de ce que je vis encore) :

- Les jeunes paumés, divisés en plusieurs clans : ceux qui veulent s'en sortir et s'en donnent les moyens, ceux qui disent vouloir s'en sortir et qui restent enlisés dans ce qu'ils connaissent (comme le trafic, bien plus lucratif que d'aller travailler), ceux qui ne veulent absolument pas s'en sortir et qui vont le clamer haut, fort et clair. A moins d'un miracle qui va leur faire changer d'opinion... Isabelle et Pierre en verront certains.

- Les femmes, qui sont mères de famille nombreuse et qui portent tout sur leur dos, le père étant absent du décorum, laissant à leur épouse toute la charge de l'éducation des enfants.

- Les anciens. Qui ne comprennent pas pourquoi depuis le début des cités en France on a parqué les gens entre ethnies. Comme ils le disent eux-mêmes : "Au Bled, on vit tous ensemble : arabes, juifs etc... Et on s'entend bien. Quand on arrive en France, on est séparés, ça crée des tensions entre les jeunes et ils se font la guerre."

Isabelle va avoir des (bonnes) surprises aussi : elle ne manquera jamais de petits plats préparés par les femmes, même des familles les plus pauvres. 

Si au début du récit on a l'impression d'être dans un monde de Bisounours, la réalité du terrain ne se fait pas attendre. Pierre aura des déconvenues assez importantes, heureusement qu'il bénéficie de la protection du "grand frère" mais sa tête est tout de même mise à prix. 

Après quelques années aux Mureaux, Isabelle et Pierre vont connaître d'autres cités du Nord au Sud de l'hexagone. Toutes auront les mêmes points commun. 

J'ai beaucoup aimé la dernière phrase de l'auteur (d'habitude je ne donne pas la fin de l'histoire dans une chronique mais là elle me semble essentielle) : "Nous étions venus pour aimer, nous avons un peu appris à aimer mais c'est surtout nous qui avons été aimés". Fin de citation...


Ce livre est un témoignage qui peut bouleverser, qui peut ouvrir certaines consciences, qui peut donner envie de "faire comme Mère Teresa tout en restant sur le sol français".

Si vous êtes comme moi, connaissant la cité depuis longtemps et y vivant, vous pourrez la voir sous un autre angle. Et si une association comme celle du Rocher réside intra-muros, peut-être que ce récit d'Isabelle Chazerans vous donnera envie de la fréquenter pour "oser la rencontre". 


Pour vous procurer ce livre, je vous invite à le commander directement aux Editions Emmanuel :

https://www.editions-emmanuel.com/catalogue/oser-la-rencontre/




Aucun commentaire:

Publier un commentaire